à propos…

mathieu delalle vit et travaille aux mêmes périodes.
Après un DNSEP à l’ESBA d’Angers en 1998, il poursuit le travail engagé à l’école jusqu’en 2001, année où il reçoit une bourse de la DRAC pour l’aide à l’achat de matériel. Cette aide est l’occasion pour lui d’amorcer une pratique plus orientée vers les nouvelles technologies. Il découvre alors un nouveau réseau qui est encore émergent, mais au sein duquel la transversalité des pratiques n’est pas utilisée uniquement comme argumentaire. Sa rencontre avec julien bellanger, fonde la création de la plateforme zonblanche. Un espace de recherche, dédié à la production et la diffusion de pratiques expérimentales multimédias. Jusqu’en 2006 il participe à la création de nombreux projets pluridisciplinaires. Les nouvelles technologies deviennent pour son travail un point de croisements qui favorise de multiples collaborations et ouvre son champs d’interventions vers l’image vidéo, l’interactivité, l’écriture, la musique ou même la danse.
Riche de ces quelques années de coopérations, en 2007 il se recentre vers une production plus personnelle, où il continue à mixer les pratiques et les points de vues. Il amorce en parallèle d’une production vidéo liée aux problématiques du documentaire, une reprise active de son travail de dessin où il convoque évidemment de multiples combinaisons.
Il lui est, désormais, impossible de concevoir l’image sans référence au cinéma, à la chorégraphie, à la musique, à l’illustration, au récit, à la photographie, au jardinage …